OUPS+OPUS

10 novembre 2010

« Il s'agit de parler légèrement d'une chose sérieuse : la rencontre amoureuse.
Le désir qui prend, chez ces deux personnages, une forme encombrante et maladroite, dépasse les codes établis.
Comment gérer cette vague envahissante ? Que se passe-t-il dans la tête de cet homme et de cette femme qui ne se connaissaient pas ? »
En fait il y a un troisième « personnage » : la musique qui transporte le spectateur dans les différents lieux ou aux différentes époques dans lesquels se déroule l'histoire.
La précision de la chorégraphie tirée des gestes du quotidien instaure une tension qui permet à la mécanique de produire les effets attendus.
La gestuelle des deux danseurs (comme des danseurs de tango) un peu caricaturale donne à la pièce une dimension comique importante.
L'ensemble est tout en contraste : comique:dramatique, danse et attente, musique et silence.
C'est 55 minutes de bonheur.
Comédie de Valence
Haut de page