Salves

25 avril 2012

Un fil invisible (comme celui d'Ariane) nous fait revivre un siècle d'histoire.
Chacun invite l'autre à venir suivre ce fil invisible pour vivre une vision pessimiste du Monde. Et quel Monde en fait !
Celui surgit de l'éclatement de notre Monde dans lequel nous vivons aujourd'hui.
Beaucoup de références populaires (Delacroix, Picasso, La statue de La Liberté, Elvis Presley ...etc) sont utilisées pour traiter de la Liberté, de la Culture, de l'Art, des contraintes de la vie.
La violence des sons et de la lumière (alternance de "noir" et de "lumière") rend cette réalité (celle de Maguy Marin) insupportable.
Faire, défaire, reconstruire, fuir, se cacher, sont autant d'actions qui traduisent l'angoisse, la fuite en avant et partant, la recherche d'un temps passé et perdu.
Le traitement chorégraphique habituel appliqué par Maguy Marin (toujours à contre courant ou en opposition à ce qui se pratique) n'a pas soulevé des "tonnerres d'applaudissements" comme le disent nombre de critiques acquis à sa cause.
Non ! Le 25 avril, à la Comédie de Valence il n'y eut pas ces "tonnerres d'applaudissements" et même ils furent plutôt mous pour deux rappels de convenance destinés à saluer la performance des comédiens danseurs.
Une heure dix pour voir l'insupportable. Heureusement pas plus.

La compagnie Maguy MARIN
Ils ont envoyé leurs commentaires ICI.