Une jeune fille de 90 ans

7 juin 2017

Une jeune fille de 90 ans.
C'est un téléfilm documentaire de Valeria Bruni Tedeschi et Yann Coridian avec Thierry THIEU NYANG (chorégraphe.)
Par la danse, même si ce n’est parfois qu’un simple mouvement de doigts, des vies se racontent, des souvenirs s’égrènent pleins de regrets, d’amertumes, d’éclats de joie, de solitudes aussi.
«Il y a des sociétés, bien plus pauvres que les nôtres, qui gardent leurs "vieux" à la maison et les vénèrent. Nous, nous les mettons dans des hôpitaux où, "malgré l’humanité" de ces services, ils se sentent seuls.
Mais, ce film qui sonne comme une comédie musicale en milieu hospitalier, est un mélange de chagrins et de joies.»
Certains pensent peut-être ce documentaire dérangeant.
Certes, il peut l'être à de multiples égards : il peut nous interpeler sur notre avenir plus ou moins proche selon notre âge, il peut nous faire penser qu'en fin de compte l'expérience devient cruelle pour les pensionnaires lorsqu'elle cesse créant un vide encore plus profonds que celui qui existait auparavant, mais peut-être aussi qu'il peut pointer du doigt nos manquements, ceux de la société dans laquelle nous vivons, envers toutes les personnes âgées exilées dans telle ou telle Maison de retraites ou centres hospitaliers de gériatrie.
Mais ce film peut et doit créer un immense espoir en démontrant que l'action d'un seul (comme Thierry Thieu Nyang) éveille et réveille les consciences endormies.
Voilà des emplois à créer, avec bien sur une formation adaptée et un humanisme à exercer, pour aider à mieux vivre les jours sans fin et les nuits d'angoisse de cette population toujours plus nombreuse. C'est un documentaire salutaire et plus que nécessaire qu'il faut absolument voir pour comprendre la détresse qui vient de l'absence et de la solitude.
Voir le film.
Ils ont envoyé leurs commentaires ICI.