Immortelle Randonnée

2016

Un Livre de Jean-Christophe RUFFIN.

"A plusieurs reprises il a été tenté de renoncer. Il a découvert la compétition entre les « Jacquet » et leur snobisme (des chemins sont plus prestigieux que d’autres), mais il a aussi découvert que ce pèlerinage n’avait plus grand chose à voir avec l’Eglise catholique".
"Nombreux sont les pélerins qui sont plus en quête d’eux même que de leur foi. Après ces huit cents kilomètres, Jean-Christophe Rufin s’est retrouvé délesté de quelques kilos, mais aussi de pas mal de contraintes. Il s’est allégé dans tous les sens du terme. Je ne sais pas si ce récit qui fourmille d’anecdotes vous expédiera sur le chemin à votre tour (il y a quand même des moments vraiment durs !), mais il a déjà séduit des milliers de lecteurs".

"Des milliers de lecteurs ont été séduit."
Si cette affirmation est la conséquence du nombre d'ouvrages vendus, peut-être faut-il y voir un effet de la notoriété de l'auteur, acquise à juste titre, avec d'autres récits publiés antérieurement !
Pour ce qui est de son expérience sur une partie du chemin de Saint-Jacques de Compostelle, elle vaut ce qu'elle vaut, mais il me semble qu'elle ne reflète pas vraiement toute la vérité du chemin. Pour celle ou celui qui s'engage sur ce chemin c'est bien souvent une démarche difficile à mettre en oeuvre parce que liée à un épisode douloureux de sa vie (maladies, ruptures...etc.)
Alors bien sur il y a même des "tours opérateurs" qui ont flairés le bon filon pour faire du beurre avec des cars de pseudos pélerins qui rentrés chez eux exhiberont les preuves de leur parcours. Mais cela ne permet pas de dire que le chemin n'a plus grand chose à voir avec l'église catholique. Sur ce chemin nombreux sont ceux qui partent "randonneurs" et continuent en devenant "pélerins". Et puis être en quête de soi-même c'est cheminer aussi, il me semble, en quête de sa foi.
Vous pouvez le lire si comme moi on vous l'a prêté. Sinon vous n'aurez rien perdu ! Mais il y a bien d'autres récits du chemin autrement plus intérressants et profonds.

Ils ont envoyé leurs commentaires ICI.