Le rêve d'amour

30 avril 2013

Franz Liszt ou le rêve d'amour.
Avec une lecture de Michael Lonsdale et au piano Nicolas Celoro.

La prestation virtuose de Nicolas Celoro a complètement eclipsée les lectures du grand Michael Lonsdale qui ne nous a pas livré le meilleur de lui-même. La voix plutôt monocorde et sans beaucoup de relief contrairement à son habitude (je ne parle pas de puissance.)
Mais il est vrai qu'il semblait fatigué avec des problèmes de voix et peut-être pas encore totalement remis de son accident en février dernier. Ce grand homme de théâtre et de cinéma n'était pas ce soir à la hauteur de son talent.
Toutefois il reste un grand artiste et a su mettre en valeur un autre grand artiste en la personne du pianiste qui l'accompagnait.

Ils ont envoyé leurs commentaires ICI.
Comédie de Valence